Union des Comores

Unité - Solidarité - Développement

Présidence de la République

ALLOCUTION DE Son Excellence Monsieur AZALI Assoumani, Président de l’Union des Comores, A l’occasion de la célébration de la Journée Internationale des Droits des Femmes

Publié le

image discorus

-          Madame la Première Dame de l’Union des Comores,

-          Madame la Ministre de la Santé,

-          Madame la Gouverneure de l’Ile Autonome de Ngazidja,

-          Madame la Commissaire au Genre,

-          Messieurs les Ministres,

-          Messieurs les Gouverneurs,

-          Excellences Mesdames et Messieurs les Ambassadeurs et Représentants des Organisations Internationales,

-          Mesdames et Messieurs,

-          Honorable Assistance,

السلام عليكم ورحمة الله وبركاته

En ce jour du 08 mars, notre pays, à l’instar des autres pays du monde, célèbre depuis 1977,la Journée Internationale des Droits des Femmes pour marquer l’engagement des pays à faire valoir les Droits des Femmes et la reconnaissance de leur contribution à la vie de tous les jours et au développement des pays.

 

Je voudrais alors, en ce jour spécial et en cette période très particulière, marquée par la crise sanitaire mondiale liée au Covid-19, remercier tout d’abord, les organisateurs de cet évènement, pour toutes les actions mises en place pour faire de ce rendez-vous mondial en l’honneur des femmes, un grand succès.

 

Je voudrais également vous remercier tous, honorable assistance, pour avoir bien voulu vous joindre à nous, dans cette visioconférence, afin de marquer, par votre présence, votre attachement à l’épanouissement de la femme comorienne.

 

Mais comme vous le savez tous, cette année est malheureusement marquée par la pandémie de COVID-19qui affecte le monde dans son ensemble et qui nous impose de tenir cette cérémonie de cette façon très restreinte.

 

Je remercie Allah Le-Tout-Puissant de nous avoir permis de réussir à contrôler cette pandémie, rouvrir enfin les écoles et entretenir l’espoir de reprendre une vie normale, dans un avenir proche.

 

Je tiens également, à saisir cette opportunité, pour remercier, une fois encore, tous nos partenaires, bi et multilatéraux sans exception, notamment le Système des Nations Unis et l’OMS, dont le dispositif Covax nous permettra de recevoir incessamment des vaccins anti-Covid et d’avoir accès au mécanisme de financement mis en place, pour nous en procurer d’autres précieuses doses.

 

Je remercie en particulier la République Populaire de Chine, pays frère et ami, ainsi que Son Excellence, mon frère le Président  Xi JINPING, pour avoir pris les dispositions nécessaires, afin d’acheminer, dès la semaine prochaine, par avion spécial, une équipe médicale, dans le cadre d’une mission d’assistance médicale et de remise d’un important lots de vaccins ainsi que des matériels d’hygiène et de protection, pour renforcer la lutte contre le Covid-19 et son variant.

Je remercie la République de l’Inde, qui a également mis un lot important de vaccin à la disposition de notre pays.

Le signal est ainsi donné et nous ne doutons pas que nos autres partenaires, comme à l’accoutumé, nous apporteront leur appui et leur accompagnement, pour réussir l’organisation et la mise en œuvre de la vaccination de la population et gagner la bataille engagée contre le Covid-19.

Je tiens enfin à remercier la République Française et le Président MACRON en particulier, pour son plaidoyer et pour avoir su mobiliser le G7, en faveur du transfert des vaccins des pays industrialisés à  l'Afrique et de l’allégement de la dette des pays pauvres, en période de Covid-19.

Mesdames et Messieurs,

Nos efforts pour protéger toujours plus notre population, aboutiront très bientôt au lancement de la campagne de vaccination contre le Covid-19, dans l’intérêt de la santé et du bien-être de notre population.

 

C’est dans ces circonstances optimistes que je tiens, à saluer la mémoire de toutes celles et tous ceux qui nous ont quitté du fait de Covid-19et à renouveler mes condoléances attristées à l’ensemble de la Nation comorienne car chacun et chacune d’entre nous a perdu un proche, un ami ou une connaissance, du fait cde cette pandémie.

 

Prions pour qu’Allah Le-Tout-Puissant leur accorde Sa miséricorde et pour que ce virus, cet ennemi invisible, qui a causé tant de mal au monde et à notre pays, soit enfin éradiqué, Insha-Allah.

Honorable assistance,

Mesdames et Messieurs,

L’Organisation des Nations Unies a retenu cette année, pour célébrer la Journée Internationale des Droits des Femmes, le thème «Leadership féminin: pour un futur égalitaire dans le monde du COVID-19».

 

Je voudrais donc en premier lieu, rendre hommage aux Femmes du monde et, en particulier, bien évidemment, la femme comorienne, qui a toujours été au premier rang dans tous les combats menés dans ce pays, qu’ils soient sociaux, économiques ou politiques, et qui a, une fois encore fait ses preuves dans le combat que le Gouvernement mène pour ralentir la propagation de cette pandémie, dans notre pays.

 

Je tiens à souligner, en effet, que les femmes médecins et autres professionnelles de santé se sont investies, jour et nuit, dans notre pays, pour soigner, rassurer et accompagner nos malades.

 

D’autres femmes qui ne sont pas du secteur médical n’ont pas été en reste non plus.

 

Elles ont montré leur compassion, à travers un travail constant de sensibilisation, de confection et de distribution de masques ainsi que d’approvisionnement en autres équipements de protection.

 

Je félicite plus particulièrement la Ministre de la Santé, Madame Loub YacoutZAIDOU, pour son combat personnel et pour toutes les actions menées au quotidien en collaboration avec ses collègues et nos partenaires internationaux, en faveur de la lutte contre la pandémie de Covid-19.

 

Je renouvèle l’hommage de la Nation à toutes les institutions de l’Etat et des Gouvernorats, au nouveau Cadre de Gestion et de Coordination de la Crise du Covid-19, aux professionnels de la santé, aux forces de l’ordre, aux militants associatifs et l’ensemble des citoyennes et des citoyens, pour leur action au quotidien, contre cette pandémie.

 

Rappelons-nous que c’est grâce à notre patience et notre persévérance que nous sommes parvenus à cette accalmie et que nous pourrons espérer gagner cette guerre contre cet ennemi redoutable.

Honorable assistance,

Mesdames et Messieurs,

Tout en œuvrant pour promouvoir davantage l’égalité de genre et le leadership des femmes, nous devons également poursuivre les actions en cours visant à les aider à bénéficier pleinement de leurs droits les plus élémentaires.

 

Or, en ces temps de pandémie, nous sommes conscients des répercussions économiques du Covid-19 sur les économies et notamment sur le secteur informel où sur les postes du secteur social largement occupés par les femmes, qui peuvent les rendre largement vulnérables et dépendantes.

 

C’est dans ce sens que le Gouvernement comorien s’engage à étudier et identifier les actions à mettre en place pour les accompagner et les aider à reprendre leurs activités instamment, et après la crise sanitaire.

 

Mais de tous les combats que nous devons mener en faveur de la femme, la lutte contre les violences faites aux femmes et aux filles doit continuer à nous interpeller.

 

Je rappelle que lors de la célébration de cette Journée, le 08 mars de l’année dernière, dans la ville Domoni, à Anjouan, j’ai lancé un appel pressant en faveur du respect des personnes les plus vulnérables et j’ai mis en garde, par la même occasion, tous ceux qui cherchent à porter atteinte à la sécurité et à la dignité des femmes et des enfants.

 

La révision du Code pénal de notre pays par les Honorables Députés de notre auguste Assemblée Nationale, qui a fait suite à cet appel, ainsi que sa promulgation prouvent, si besoin était, notre engagement et notre détermination à combattre sans merci, les auteurs d’actes de violence.

 

J’appelle toutes les autorités compétentes à tout mettre en œuvre pour que ce Code pénal soit scrupuleusement respecté, afin que les auteurs de violences soient poursuivis et les victimes protégées, dans l’intérêt de notre pays.

 

Je tiens à préciser que nous ne sommes pas seuls dans ce combat et que nos partenaires bi et multilatéraux sont à nos cotés, pour accompagner nos efforts.

 

Mes Chers Compatriotes,

Honorable assistance,

 

La pandémie de Covid-19 va certainement bousculer nos modes de vie et de gouvernance.

 

Ainsi, la femme, tout comme l’homme, devra s’adapter et innover pour y apporter des solutions.

 

Certes, il y a toujours des progrès à faire en la matière.

 

Toutefois, nous nous réjouissons du fait que plusieurs indicateurs montrent, aujourd’hui, que l’Union des Comores fait partie des pays où la femme est mise en avant et peut jouer un rôle de premier plan dans le développement socio-économique.

 

En effet, comme j’aime à le rappeler, la femme comorienne a été honorée par notre culture et notre religion, l’Islam, qui lui ont accordé une place de choix dans la société musulmane, en lui permettant de participer à toutes les activités sociales et à occuper les professions dont elle se sent capable d’exercer.

 

La présence de femmes, aujourd’hui, à la tête de la Grande Ile et de certaines Communes, mais aussi à des postes de choix au Parlement, au Gouvernement, dans le Cabinet présidentiel, dans les Directions de l’Administration et des entreprises publiques, dans Commissions nationales de haut niveau,entre autres, témoigne de notre engagement à les valoriser comme il se doit.

 

En effet, c’est ensemble, hommes et femmes, que nous pourrons rendre effectives nos actions en faveur du développement de notre beau pays.

 

Il est vrai, cependant, que les efforts déployés sont loin de répondre aux attentes de la population et notamment des femmes et qu’il reste encore beaucoup à faire.

Toutefois, il faut aussi reconnaître que ce combat pour l’autonomisation de la femme et son accession aux postes de prise de décisions, ne peut se faire de façon efficiente, sans l’engagement de la femme elle-même et son implication active, dans la sphère politique de ce pays.

 

Mes Chers Compatriotes,

Mesdames et Messieurs,

 

La femme comorienne a de l’avenir devant elle. Elle a sa place dans les hautes sphères de notre administration.

 

Nous allons ainsi poursuivre les réformes en cours, pour qu’à l’instar des hommes, elle puisse apporter, en nombre, au plus haut niveau, sa contribution au développement de notre pays.

 

Le Covid-19 a montré à quel point nous sommes tous, hommes et femmes, complémentaires, dans nos actions et combats quotidiens.

 

Ainsi, l’heure est à la concrétisation rapide de nos engagement et c’est ce que nous allons faire ; s’agissant notamment de la place de la femme dans les postes de prise de décisions.

 

Mes Chers Compatriotes,

Honorable assistance,

 

Je termine mon propos en félicitant le Ministère de la Santéà travers le Commissariat national de la solidarité, de la Protection Sociale et de la Promotion du Genre, pour l’action engagée en faveur de la promotion du leadership féminin et de l’égalité de genre en général.

 

Vive les Comores dans la paix et le développement durable !

Vive les Femmes du monde entier !

Vive la coopération internationale !

Je vous remercie.