Union des Comores

Unité - Solidarité - Développement

Présidence de la République

DISCOURS DU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE SUR L'ETAT DE LA NATION 2021

Publié le

image article

J’ai aujourd’hui, le grand honneur, de me conformer pour la deuxième fois à cet exercice et, à cette occasion, partager avec vous, le bilan de l’année 2021, les résultats et les perspectives de la politique gouvernementale pour 2022 et les années à venir, dans le cadre de la politique d’émergence de notre pays, d’ici 2030, mise en œuvre pour le bien-être de notre population.

 -      Très Honorable Président de l’Assemblée Nationale

-      Honorables membres du Bureau de l’Assemblée Nationale

-      Honorables Députés,

-      Excellences, Mesdames et Messieurs 

Je suis honoré de me trouver devant vous, pour prononcer le discours annuel, sur l’état de l’Union, conformément à la Loi et à l’article 65 de notre Constitution.

Mais permettez-moi tout d’abord, de saisir l’opportunité de l’avènement du nouvel an 2022, pour formuler mes vœux de bonne et heureuse année, à Vous toutes et tous, honorable assistance et à l’ensemble de la population comorienne, de l’intérieur et de la Diaspora.

Puisse Allah le Tout-puissant nous accorde à tous, bonne santé, bonheur et prospérité et pour notre pays, paix, sécurité, stabilité et progrès.

Monsieur le Président de l’Assemblée, Honorable assistance,

J’ai eu, en décembre de l’année dernière, l’immense privilège de prononcer devant cette auguste Assemblée Nationale, le premier discours sur l’état de la Nation. 

J’ai aujourd’hui, le grand honneur, de me conformer pour la deuxième fois à cet exercice et, à cette occasion, partager avec vous, le bilan de l’année 2021,les résultats et les perspectives de la politique gouvernementale pour 2022 et les années à venir, dans le cadre de la politique d’émergence de notre pays, d’ici 2030, mise en œuvre pour le bien-être de notre population.

Honorable assistance, 

Selon la Constitution révisée par le Référendum de 2019, le renforcement de la démocratie et de l’état de Droit, la décentralisation, la présidence tournante dans sa forme    nouvelle, l’autonomie de gestion des îles, la réintégration de l’île comorienne de Maore, la consolidation de l’unité du pays et le renforcement de la liberté, sont devenus des dispositions constitutionnelles. 

Ainsi, depuis deux ans, le Gouvernement et moi-même travaillons, sans relâche, pour ajuster les institutions politiques et les adapter progressivement aux exigences de cette Constitution révisée.

Parallèlement, nous mettons en œuvre notre politique d’amélioration de la gestion de l’Etat, pour créer un meilleur climat des affaires, stimuler les investissements privés, appuyer les initiatives de la diaspora et attirer les investisseurs étrangers.

Ces réformes politiques et socioéconomiques obéissent au Plan Comores Emergentes à l’horizon 2030, décliné en Plan de Développement Intérimaire pour la période 2020-2024.

Je commencerai ainsi mon bilan par vous exposer les actions réalisées pour redynamiser le secteur des finances et de l’économie du pays qui sont le levier de tout programme de développement.

C’est ainsi que ces deux dernières années, le secteur financier comorien a connu un développement majeur à travers plusieurs reformes, avec l’adoption par cette Auguste Assemblée, de Lois sur les services de paiement et les prestataires de services, le redressement et la résolution des Institutions Financières.

Le Gouvernement a également lancé en 2020, le projet d’Appui au Développement du Secteur Financier, financé par l’Association Internationale du Développement de la Banque Mondiale. 

Il s’est engagé dans une série de réformes structurelles pour accompagner le redressement du secteur financier et la mobilisation des ressources internes à travers le Ministère des Finances, dans le cadre de la mise en œuvre du Plan Comores Émergentes.

Ainsi, aux fins d’assurer la transparence dans la chaine de dédouanement, de lutter contre les tentations à la fraude et la corruption, l’administration des Douanes a engagé une série de réformes ces dernières années.

Il s’agit notamment de la mise en place du guichet unique, du paiement électronique, de l’opérationnalisation du scanner à conteneurs et de la mise en place du projet d’appui à la gouvernance financière.

Avec l’accompagnement du groupe de la BAD, plusieurs progrès ont été enregistrés ces deux dernières années avec la mise en place du système intégré de gestion des impôts et des taxes (SIGIT) à l’Administration Générale des Impôts et du Domaine (AGID) qui ont permis de très belles améliorations des recettes fiscales.

Par ailleurs, la direction du FMI a approuvé un Programme de Référence pour l'Union des Comores, qui contribuera à établir un bilan solide de la mise en œuvre des politiques économiques et des réformes.

Monsieur le Président de l’Assemblée, Honorable assistance,

Le Gouvernement a fait des années 2020 et 2021, les années du mobile Banking en accompagnant le lancement de Mvola par Telma, Huri Money par Comores Telecom et Holo par la BDC avec une immersion très rurale, pour une vulgarisation des services mobile banking qui facilite la vie du quotidien de la population. 

Aujourd’hui, notre Secteur bancaire est en pleine croissance.

En effet, notre politique dans le secteur bancaire consiste à favoriser l’augmentation des crédits octroyés au secteur privé.

Nous avons aussi renoué la confiance entre le secteur public et le secteur bancaire. 

Ainsi, en collaboration avec le Ministère des Finances et la BCC, un mécanisme de crédits permettant le paiement régulier des salaires des fonctionnaires a été instauré entre l’Etat et les établissements bancaires.

Nous pouvons nous en réjouir puisque durant toute l’année 2021 les salaires ont été payés sans aucun retard et les échéances de l’Etat auprès des banques ont été toutes respectées voire même, payées en avance.

Nous allons poursuivre cette confiance retrouvée entre l’Etat et le secteur bancaire par la mise en place prochaine d’un marché de titres, à travers l’émission des Bons de Trésor. 

Le Ministère des Finances et la BCC seront chargés chacun en ce qui leur concerne de la mise en œuvre de ce grand chantier qui me tient à cœur.

Nous envisageons également d’encourager la transformation d’une partie des envois de fonds de la diaspora pour des fins d’investissements productifs à travers des relations d’affaires entre les Banques commerciales comoriennes et la diaspora. J’ai chargé la BCC d’entrer en contact avec les concernés, afin de concrétiser cette proposition.

S’agissant du domaine économique, le Gouvernement déploie des réformes et des mesures pour soutenir la promotion des investissements, rehausser le classement de notre pays en affaires, et le faire figurer parmi les meilleurs pays réformateurs en Afrique, d’ici 2024. 

C’est ainsi qu’à travers l’Agence Nationale pour la Promotion des Investissements, le Gouvernement veut faire des Comores une terre attractive aux investissements. 

Un soutien sera apporté à la création d’entreprises à travers le guichet unique de l’ANPI. 

Pour consolider et accompagner davantage ce secteur, le Gouvernement a annoncé l’allocation d’une garantie financière de 5 milliards.

En ce qui concerne le Tourisme, qui est un secteur clé à promouvoir, notre pays en tant qu’Etat insulaire, s’est engagé à en faire un domaine porteur, car créateur d’emplois.

C’est ainsi que le Gouvernement a mis en œuvre une politique qui a permis une forte croissance, avec une hausse de 67 % des visiteurs internationaux.

Cependant, la pandémie de la COVID-19 a brutalement fait reculer ce secteur avec une chute du nombre des visiteurs et la diminution des arrivées aux Comores.

Toutefois, nous sommes optimistes car, grâce au contrat signé entre l’Etat et la Société égyptienne Elswaidi, les travaux de construction de l’hôtel Galawa dont le financement est évalué à un montant de près de 56 millions d’Euros, ont été lancés.

Les Transports aériens et maritimes étant essentiels dans la promotion du tourisme, nous avons lancé des travaux pour augmenter la capacité d'accueil des passagers notamment avec l’aménagement de nos ports et de nos aéroports, sur l’ensemble du territoire national.

Un accord de 40 Millions de dollars, soit 15 milliards de nos francs a été signé avec la Banque Mondiale pour la construction de 3 ports de liaison dans les 3 îles. 

Le Gouvernement a également pris des engagements internationaux sur le secteur maritime en ratifiant sept Conventions approuvées par l’Union des Comores, durant les deux années 2020, 2021.

Notre pays, à l’instar d’autres Etats de la région et notamment les Petits Etats Insulaire en Développement, est également confronté aux défis liés à la sécurité maritime et aux dangers liés à la piraterie maritime, au trafic humain en mer, au trafic de drogue, à la pêche illicite et au pillage des ressources en mer.

S’agissant de la Pêche, il faut noter que plusieurs progrès ont été enregistrés. Ce qui a engendré une augmentation de la production de 25.000 tonnes en 2019 à 33.000 tonnes aujourd’hui.

Le 9 décembre 2020, le Gouvernement a officiellement lancé le programme EcoFish, une initiative interrégionale financée dans le cadre du 11ème FED et doté d'un budget de 28 millions d €uros pour soutenir la pêche durable dans notre région, au cours des cinq prochaines années. 

Le Gouvernement a également élaboré les textes règlementaires pour faciliter l’application du Code de la pêche et de l’Aquaculture de l’Union des Comores, qui a été révisé par l’Assemblée Nationale en séance plénière du 25 juin 2019 et promulguée le 1er avril 2020.

Pour ce qui est de la modernisation de l’agriculture et l’auto-suffisante alimentaire, notre pays s’est heurté aux effets du cyclone Kenneth, qui ont entrainé la perte de quasiment 80% de la production agricole en 2019, avec nos cultures vivrières et nos cultures de rente (vanille, girofle et ylang) qui ont été fortement impactées.

Toutefois, avec l’accompagnement de l’ensemble des partenaires engagés dans ce secteur, notamment la Banque Mondiale, l’UE, le Japon et la coopération française, le relèvement du secteur a été assuré avec plusieurs grandes réalisations.

Pour diversifier l'économie, le Gouvernement a signé avec la Banque Mondiale le lancement du plus ambitieux projet de chaine de valeur en Union des Comores.

Concernant le secteur de la Justice, nous avons dans un premier temps, accéléré les réformes au niveau juridique et institutionnel pour mettre en place un cadre politique et institutionnel propice et conforme à la Constitution de 2018.

Le bon fonctionnement de la justice et le respect des droits humains, sont des éléments de paix, de stabilité et de développement.

C’est à ce titre que l’État a ratifié entre 2020 et 2021, 11 conventions internationales visant à garantir les droits humains. 

La plus grande réforme de l’année 2020 fut l’instauration du Conseil Supérieur de la Magistrature. Ce qui a permis de parachever la mise en place de nos institutions judiciaires.

Un accent particulier a été mis sur les questions de droits de l’Homme et de violence contre les femmes et les enfants. 

Dans les domaines des Affaires Islamiques, des reformes sur écoles coraniques traditionnelles et sur l’organisation et le fonctionnement des tribunaux de Cadis, sont en cours dans tout le territoire.

Un projet de Loi va permettre au Muftorat, Institution clé de notre pays, de se déployer dans toutes nos iles et ainsi, pouvoir jouer son rôle essentiel de protection de notre religion contre les extrémismes de tout bord, d’enseignement et de défense des principes et règles d’obédience Sunnites et de rîtes Chafiites qui régissent le culte et la vie sociale dans notre pays. 

Dans la Fonction publique, des réformes structurelles ont été menées notamment l’adoption d’un nouveau statut de la fonction publique et plus important le décret portant mission et organisation des Ministères de l’Union des Comores, pour une restructuration administrative.

S’agissant de l’aménagement du territoire, et en référence à la vision du Plan Comores Emergentes à l’horizon 2030, qui voudrait que « les Comores soient dotées d’infrastructures à niveau qui soutiennent la transformation structurelle de l’économie et l’émergence socio-économique. 

Ainsi, de 2019 à 2021, plusieurs routes nationales et secondaires ont été réalisées sur l’ensemble du territoire ; les Voiries urbaines de Moroni et Fomboni ont été réceptionnées   et celles de Mutsamudu sont en cours de réalisation.

Pour garantir la sécurité et la durabilité des travaux réalisés sur la base d’études approfondies, le Gouvernement a mis en place le Laboratoire National des Travaux Publiques.

Pour le secteur de l’Énergie, les lignes directrices restent la maîtrise du niveau de dépendance énergétique, le développement de l’accès à l’énergie, la logique économique durable et pérenne et la logique de développement durable. 

Ainsi, en cohérence avec le PCE, le secteur de l’énergie a connu une ascension fulgurante notamment avec un taux d’électrification satisfaisant et un taux d’accès à l’électricité qui avoisine les 70%.

En effet, avec le mix énergétique, la part de la capacité de l'énergie renouvelable, a sensiblement augmenté, avec l’installation et la mise en route de Centrales Thermiques et de Groupes électrogènes dans les trois iles, la promotion de l’Énergie géothermique, le lancement des Micros-centrales hydro-électriques et photovoltaïques.

S’agissant des secteurs de l’Eau et de l’Assainissement, le Gouvernement s’est engagé à fournir en eau la totalité de la population d’ici 2030, un projet porté par la Société Nationale d’Exploitation et de Distribution des Eaux.

Ainsi, plusieurs actions ont été engagées, et notamment l’amélioration de la gouvernance en eau avec l’adoption du Code de l’eau et l’harmonisation du prix et surtout à travers l’engagement des partenaires plus particulièrement le Fonds Vert climat, le Fond Saoudien, le Fond Koweitien.

Honorable assistance,

Mesdames et Messieurs, 

Il est sans nul de doute, que c’est le capital humain qui assure et prépare l'avenir d’un pays. C’est dans ce sens que le Gouvernement a fait de la couverture sanitaire universelle, l’objectif principal à atteindre d’ici 2030. 

Pour cela, l’Etat s’est engagé dans plusieurs chantiers concourant vers l’atteinte des objectifs du PCE 2030. 

Plusieurs progrès ont été réalisés, notamment en matière de prévention, de promotion de la santé et de prise en charge des maladies.

Il en est de même, pour l’approvisionnement en produits de santé, de renforcement des capacités et de prise en charge des urgences, d’organisation des campagnes de dépistage et de prise en charge de la malnutrition.

Des efforts remarquables ont été également faits en termes d’approvisionnement en vaccins, de renforcement des capacités des agents de santé sur la gestion de programme et de réhabilitation des postes de santé au niveau national.

Toujours dans la même lignée, la construction du Centre Hospitalier Universitaire «CHU El Maarouf», ainsi que du Centre d’imagerie médicale sont en bonne voie, pour renforcer le domaine de la santé.

Certains médicaments génériques sont désormais produits à l’Ocopharma.

Dans les secteurs de l’Éducation, de l’enseignement et de la formation professionnelle, des progrès significatifs ont été enregistrés grâce notamment à l’accompagnement des partenaires au développement, en particulier le Comité arabe, la BID, l’UNICEF, le Fonds Saoudien de Développement, la France, l’Union Européenne, l’IDA et le GPE. 

Dans le cadre de la formation professionnelle, un projet de réhabilitationou de construction des 12 centres de formation professionnelle et techniques a été lancé en 2020, consacrés à des formations techniques, telles que la mécanique, l’électricité et les travaux de BTP.

Dans les secteurs de la Jeunesse, de l’Emploi, du Sport, de la Culture, de l’Art et du Patrimoine, le Gouvernement s’est engagé pour l’émergence d’une jeunesse comorienne éduquée, formée, compétente, citoyenne et engagée, jouissant de tous ses droits et assumant ses devoirs, pour la construction d’une Nation forte et prospère.

Ainsi, le leitmotiv « un jeune, un emploi » reste de mise car les jeunes restent le fer de lance de la politique engagée pour l’émergence de notre pays.

C’est dans ce sens que beaucoup de projets qui ont tous pour vocation, l’accélération de la création d’entreprises et de projets communautaires à impact et générateurs d’emplois durables ont été mis en œuvre, notamment en faveur de Jeunes et de l’autonomisation des Femmes. 

Le développement d'un dispositif technique de soutien aux porteurs de projets s’est concrétisé par la création en 2020 de près de 3000 emplois repartis entre les projets, le secteur privé et les sociétés d’Etat et dont 325 ont été placés par la Maison de l’emploi.

Grâce au sport, les Comoriens transcendent leur insularité et agissent en un seul peuple harmonieux, capable de dépasser les divergences sociales et politiques, pour l’intérêt suprême de la Nation. 

L’ouverture du Stade de Malouzini et les derniers matchs des Cœlacanthes ont démontré l’importance du Sport dans le développement du pays par l’émancipation, l’éducation et la mobilisation de la jeunesse.

Avec les Cœlacanthes, notre équipe Nationale qui, pour la première fois de l’histoire du sport dans notre pays, a été qualifiée pour la CAN, nous avons démontré notre capacité à monter encore plus haut et à être unis pour notre patrie, par le sport et la culture.

C’est pourquoi, nous avons cet espoir en nous de voir gagner les Verts et les voir aller de l’avant. 

C’est aussi pourquoi, nous entendons raffermir davantage les liens culturels de l’Union des Comores en créant la Maison d’art et de culture, en développant un programme de valorisation du patrimoine culturelle nationale, en encadrant les associations culturelles traditionnelles et religieuses. 

Honorable assistance, 

Mesdames et Messieurs,

Dans un monde interconnecté, notre pays se doit de renforcer ses infrastructures de communication. 

C’est dans ce sens qu’il a mis en place un opérateur d'infrastructures à savoir Comores Câbles, pour réguler les deux opérateurs de communication, Comores Télécom, opérateur public historique et Telma Comores, nouvel entrant. 

Ces deux opérateurs qui opèrent ces deux dernières années avec des réseaux 4G, voire 4.5G, permettent à plus de 80% de la population d'accéder à une station, la moyenne en Afrique, étant de 44%.

Il faut noter au passage qu’un observatoire des TIC a été mis en place ainsi qu’un Programme E-gouv, pour l’informatisation de l’ensemble de l’administration nationale.

Monsieur le Président,

Mesdames et Messieurs les Députés,

En 2019, notre pays a été reclassé par la Banque Mondiale parmi les pays à revenus intermédiaires.

Nous avons réussi la Conférence des Partenaires au Développement avec la mobilisation de plus de 4 milliards d’Euros pour accompagner la mise en œuvre du PCE. 

L’année 2020 a commencé avec de grandes ambitions et l’espoir de voir plusieurs projets de développement se réaliser et une prévision de croissance du PIB de prés de 4%. 

Ainsi, dans le contexte du Covid et malgré les prévisions du FMI qui tablaient sur un repli du taux de croissance mondiale en 2020 et une récession très forte dans les pays en voie de développement, notre pays a su démontrer sa capacité de résilience.

En effet, à travers des mesures drastiques du Gouvernement et l’accompagnement de nos partenaires au développement mais aussi grâce à la forte solidarité du peuple comorien, nous avons réussi à maintenir la croissance avec une tendance vers 2.4% en 2022.

Mesdames et Messieurs

La Résilience face au changement climatique et la protection de l’environnement constituent des défis majeurs pour notre pays.

A l’instar des autres Petits États Insulaires en Développement l’Union des Comores est l’un des pays les plus vulnérables face aux changements climatiques. 

Durant la période 2020 - 2021 notre pays a enregistré beaucoup de progrès tels que la mise en place d'un réseau national d'aires protégées marines et terrestres et cogérées avec les communautés locales, le classement officiel de l'ile de Mohéli en Reserve de Biosphère, la signature de 5 décrets de création des aires protégées.

Et comme je l’ai rappelé lors de la 26ème conférence mondiale sur le climat (COP26) de Glasgow, le Gouvernement comorien s’est fixé comme objectif, de faire de notre, un Puits de carbone et concourir ainsi à l’effort global de diminution de la concentration de CO2 dans l’atmosphère.

Pour y contribuer, nous allons tout mettre en œuvre, en vue de réussir la campagne intitulée « un comorien, un arbre », destiné au reboisement de 12.000 hectares à l’horizon 2030. 

Mesdames et Messieurs

Depuis l’enregistrement du premier cas de Covid-19 dans notre pays, le 30 avril 2020, l’Union des Comores, grâce aux efforts combinés, du Gouvernement, du personnel de notre système de santé et des différents partenaires, multilatéraux et bilatéraux nous avons pu ensemble sauver des milliers de vies.

Le mécanisme de gestion et de suivi de la crise sanitaire dans notre pays a été efficace.

La couverture pour un schéma vaccinal complet est à ce jour de 30% de la population totale soit 54% de la population cible, ce qui classe l’Union des Comores parmi les sept pays africains ayant les meilleures couvertures vaccinales.

Le Gouvernement s’est engagé à travers des fonds propres mais aussi avec l’appui des partenaires, pour lutter contre la pandémie du COVID 19.

Cependant, la situation dans les centres de santé, qui a été très bien gérée jusque-là, connait actuellement une évolution alarmante qui appelle à la plus grande vigilance.

Nous devons ainsi, tout mettre en œuvre, pour atteindre une immunité collective. 

C’est pourquoi, le Gouvernement a lancé cette semaine un programme de vaccination de masse en accordant une semaine de congés payés, pour encourager les comoriennes et comoriens de 18 ans et plus à aller se faire vacciner.

Nous devons également appliquer avec rigueur, les mesures préconisées par les arrêtés ministériels qui précisent les modalités d’application des dispositions, du décret portant sur l’ouverture des rassemblements.

Je tiens à préciser ici, que d’autres mesures peuvent suivre, en fonction des résultats de la campagne de vaccination et de l’évolution de la vague de contamination.

Mesdames et Messieurs, 

Comme je l’ai toujours dit, les ressources les plus précieuses de notre pays, restent la paix, la sécurité et la stabilité qui sont les conditions sine-qua-non du développement et de la démocratie.

C’est pourquoi, dans le cadre du renforcement de la cohésion sociale et de la promotion d’une démocratie au service du peuple, j’ai signé, un décret portant Création, Organisation et Fonctionnement de la Coordination du Dialogue National Inter-comorien.

Cette coordination aura ainsi la charge de faciliter le dialogue politique au plus haut niveau sur des actions et/ou engagements d’intérêt national et de favoriser un débat politique constructif, positif et responsable, en faveur du pays.

Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs les Députés,

Dans son ambition de faire des Comores, un pays émergent à l’horizon 2030, le Gouvernement a élaboré le PCE qui, de par ses projets phares, structurants et sectoriels prioritaires, tracent la voie du développement de notre pays.

Nous devons tous, lui apporter chacun son appui, chacun à son niveau, afin qu’il puisse se concrétiser, sans délai, dans l’intérêt de notre pays et de son peuple, pour toujours plus de paix, de sécurité et de développement.

Dans ce contexte, je voudrais exprimer mon inquiétude face aux drames quotidiens qui se déroulent dans le bras de mer qui sépare l’île d’Anjouan de l’île comorienne de Mayotte et qui doit continuer à nous interpeller.

D’autant plus qu’à ce drame marin s’ajoute un trafic migratoire qui ne dit pas son nom et qui risque de mettre notre pays en danger, avec tous les risques que cela puisse occasionner, et notamment les menaces terroristes qui ne font que s’accroitre dans la région.

Je voudrais donc, dans ce sens, saluer le partenariat qui nous lie avec les Forces de la FAZOI et émettre le vœu de voir notre coopération réussir à mettre un terme à tous ces actes qui menacent l’unité et la stabilité de notre pays, voire même de la région.

Très Honorable Président de l’Assemblée Nationale

Honorables Députés,

Excellences, Mesdames et Messieurs 

Honorable assistance

         Je ne peux quitter ce perchoir sans saluer le travail remarquable abattu par vous, les membres de l’Assemblée Nationale, tout au long de cette année.

         Vous avez su mettre en avant l’intérêt de la Nation dans chacune de vos sessions, ce qui a considérablement facilité le fonctionnement de nos institutions.

         Je ne peux donc que vous encourager à poursuivre cette voie quipermettra à notre pays d’aller de l’avant  dans l’amélioration des conditions de vie de sa population, pour plus de paix, de stabilité et de développement.

 

                                                                       Je vous remercie.