Union des Comores

Unité - Solidarité - Développement

Présidence de la République

Discours de Son Excellence Monsieur AZALI Assoumani Président de l’Union des Comores, à l’occasion du lancement du Projet sur le Renforcement de la Résilience aux risques de catastrophes liées au Changement et à la variabilité climatique

Publié le

image discorus

 

  • Mesdames et Messieurs,
  • Honorable Assistance,

 

Je suis extrêmement heureux d'être à Mwali avec vous.

Très heureux, comme à chaque fois que j’effectue une visite dans notre belle île et auprès de ses habitants.

Très ravi que Mwali ait été retenue pour héberger la tenue de cette importante cérémonie.

Très satisfait de marquer avec vous le commencement d’un événement de taille, en l’occurrence le lancement du Projet sur le Renforcement de la Résilience aux risques de catastrophes, liées aux changements et à la variabilité climatique.

Je voudrais à cette occasion, remercier mon frère politique le Gouverneur Said Fazul et l’ensemble de la population de Mwali et de cette région en particulier, sans oublier mon frère d'arme, le Colonel Anrifi pour leur accueil chaleureux et fraternel.

Je félicite le Ministre de l’Intérieur ainsi que ses collaborateurs et l’ensemble de ses services, pour le travail difficile, qu’ils accomplissent en notre nom à tous.

L’Information, la Décentralisation, les Relations avec les Institutions sont en effet autant de domaines importants et de missions sensibles, qu’ils administrent et pour lesquels nous leur rendons hommage.

Je veux saluer leur engagement de toujours ainsi que celui de nos policiers et l’ensemble des nos forces de l’ordre pour garantir la sécurité publique et la paix, leur rôle de police judiciaire, dans le renseignement et l’information des autorités gouvernementales.

Je réitère les remerciements du Gouvernement et du peuple comorien, à l’endroit du PNUD, représenté par M. Matthias Naab, pour ses efforts constants, pour accompagner l’Union des Comores et l’aider à se doter des moyens de prévention et d’intervention face aux risques liés aux catastrophes climatiques. 

Nous n’oublierons jamais que le PNUD a toujours été à nos côtés lors des catastrophes naturelles, notamment en apportant un soutien multiforme et considérable.

On se souvient

-          des victimes des éruptions volcaniques, aussi bien en 2005 qu’en 2007,

-          des victimes des inondations survenues à Ngazidja en 2012

-          des victimes du glissement de terrain survenu à Ndzuani en 2014.

 Mesdames et Messieurs

La planète sur laquelle nous vivons est aujourd’hui, plus que jamais, exposé à des variabilités aux conséquences imprévisibles et notre pays l’Union des Comores n’est pas à l’abri.

La situation de notre pays, dans le canal de Mozambique entre Madagascar et les côtes Est de l’Afrique, au dessus de plaques sismiques, soumis à des influences climatiques variées, l’exposent, non seulement aux effets de l’action de l’Homme sur la Nature, mais aussi à des risques de catastrophes, liées aux changements et à la variabilité climatique ainsi qu’à l’activité volcanique.

Cela exige de la part de l’autorité et de la population, chacun à son niveau, une veille constante, de l’expertise, une éducation adaptée et une sensibilisation soutenue sur les effets éventuels des changements climatiques.

En outre, nous subissons, comme de nombreux autres pays vulnérables,  notamment ceux qu'on appelle les petits États insulaires,

-    les conséquences de l’extraction massive des fonds marins et terrestres,

-    la propagation à outrance des fumées industrielles,

-    l’usage du nucléaire et la non-observation de la législation par les grandes puissances économiques.

Aussi, chaque bonne initiative, doit-elle être soutenue et accompagnée afin de contribuer à la réduction des effets dévastateurs du changement climatique sur notre environnement.

C’est pourquoi le Gouvernement, a inscrit parmi ses priorités, la préservation de la nature et à la protection de l’environnement.

C’est en ce sens que nous avons pris toutes les dispositions nécessaires pour renforcer les capacités opérationnelles de l’Unité de Sécurité Civile.

Nous allons rendre encore beaucoup plus performant notre système de surveillance et d’alerte du service Météo et de l’observatoire du Karthala.

Nous allons adapter nos institutions chargées de la gestion des risques et des catastrophes naturelles  à la conjoncture actuelle.

Aussi, une campagne de sensibilisation s’avère plus que nécessaire afin de conscientiser la population et de renforcer ainsi la résilience face aux risques éventuels.

Honorable assistance,

Chacun de nous a une un rôle à jouer pour préserver les avantages de notre pays, ses intérêts, ses opportunités, ses atouts. C’est aussi cela, aimer son pays.

Et comme vous le savez, aimer son pays fait partie de la foi.

J'ai souvent dit et re-dit  notre ambition est de l’inscrire parmi les pays émergents à l’horizon 2030.

J'ai bien conscience que cela agace les pessimistes et peut parfois paraître un peu prétentieux ;

Mais c'est ce que je crois très profondément et qui anime mon Gouvernement et nous tous.

Depuis deux ans, les actions entreprises par le Gouvernement et chaque projet mené à bien nous ont démontré ce dont nous sommes capables de faire par nos moyens d’abord et, avec l’aide de nos partenaires ensuite, à qui je renouvelle, encore une fois, nos remerciements les plus sincères.

Avec le lancement de ce Projet, qui tient compte de la vulnérabilité de nos iles, qui entre dans le cadre de la politique engagée pour le développement durable de notre pays, nous allons, une fois encore, apporter une nouvelle preuve, de notre capacité, en collaboration avec nos partenaires, à être à la hauteur des ambitions que nous nourrissons pour notre pays.

Pour y réussir, nous devons préserver et consolider les acquis de la paix, de la sécurité et de la stabilité, qui sont à la base de tout développement.

Les Assises Nationales, voulues par nos aînés et la société civile, accompagnées par nos partenaires bi et multilatéraux, ont été une excellente réussite.

Elles ont été l’occasion d’un dialogue national et d’échanges fructueux, qui ont abouti à des recommandations pertinentes pour lesquelles, j’ai lancé un processus de mise en œuvre.

Ce grand chantier des réformes institutionnelles et de l’amélioration du bien-être social du peuple comorien, a également besoin, pour sa réussite de la paix civile et sociale, de la sécurité de tous et de la stabilité de notre pays.

La paix, la sécurité et la stabilité, sont nos biens les plus précieux mais aussi les plus fragiles.

J’ai eu l'occasion de le dire, et ne cesse de la répéter, à l’occasion de la Journée Internationale de la Paix, en Octobre dernier à Liwara à Anjouan et je le rappelle ici volontiers :

Le caractère pacifique de la société comorienne repose, non sur les sectes et l’extrémisme, que certains inconscients tentent d’importer dans notre pays, mais plutôt sur les principes de notre belle religion, l'islam, qui prône la fraternité, le bon voisinage, la conciliation, la réconciliation, la tolérance et le respect de la dignité humaine.

C’est pourquoi, je voudrais ici, très solennellement, mettre en garde, contre toute velléité de remettre en cause la paix, la sécurité et la stabilité retrouvées, venant de mouvements ou d’hommes politiques, ou de la part de quelque citoyen que ce soit.

En ma qualité de Chef de l’État, je veillerai pour que la paix, la sécurité, la quiétude et la stabilité dans notre cher pays perdurent.

Je veillerai pour que notre unité nationale, notre unité territoriale, linguistique et culturelle ainsi que notre unité religieuse, qui a toujours favorisé la paix, la compréhension mutuelle et la tolérance dans le pays, ne soient pas perturbées.

Je veillerai, certainement avec vous à ce que chaque comorienne et chaque comorien vive dans la dignité, la paix et la sécurité.

Vive la République,

Vive l’Union des Comores.

Je vous remercie.