Union des Comores

Unité - Solidarité - Développement

Présidence de la République

Discours de SEM. AZALI Assoumani, Président de l'Union des Comores à l'occasion de l'inauguration du siège de la nouvelle Représentation de l'ASECNA

Publié le

image discorus

Monsieur le Président du Conseil d'Administration de l'ASECNA

Monsieur le Directeur Général de l'ASECNA, mon frère Mohamed Moussa, Excellences

Mesdames et Messieurs

Honorable assistance

C'est toujours pour moi un immense plaisir, de prendre part à une cérémonie d'inauguration, parce qu'elle marque concrètement la réalisation d'un projet ou d'un des objectifs du Gouvernement.

Alors je suis heureux d'être là aujourd'hui, pour inaugurer le nouveau bâtiment qui va abriter le siège de la représentation de l'ASECNA aux Comores et procéder en même temps à celle de la centrale électrique et à la pause de la première pierre du nouveau bloc technique, et de la nouvelle tour de contrôle de l'aéroport de Hahaya.

L'inauguration de cette nouvelle centrale et le renouvellement du circuit de distribution électrique qui datait de 40 ans, marque une nouvelle étape, dans le développement en cours de nos infrastructures aéroportuaires, avec la construction d'une nouvelle Représentation et d'une caserne des pompiers, le remplacement du système d'aide à l'atterrissage aux instruments, l'installation d'un nouveau radar et l'acquisition d'une Tour de Contrôle Mobile.

Cette évolution positive, amorcée depuis 2002, date à laquelle, j'avais mis en place un comité de suivi, vise à assurer la sécurité aérienne dans des conditions optimales dans notre pays, aussi bien pour protéger et sauvegarder les passagers, les équipages, le personnel au sol et les exploitants des aéroports que pour assurer la sureté de la desserte de l'Union des Comores, du public du transport aérien, des installations aéronautiques et des aéronefs.

Vous comprendrez pourquoi, j'ai beaucoup  contribué à l'adhésion des Comores à l'ASECNA, lors de mon premier mandant de Président de l'Union des Comores.

Je voudrais alors saisir cette occasion, pour remercier l'exécutif de l'Agence pour la Sécurité Aérienne en Afrique et à Madagascar (ASECNA) pour son soutien et son appui aux Comores ainsi que pour son accompagnement permanent depuis cette époque, dans la construction des infrastructures aéroportuaires, la mise à niveau des installations et équipements de la Navigation Aérienne, pour mettre aux normes internationales nos aéroports et, enfin, pour sa grande contribution dans le renforcement des capacités des agents comoriens par une formation continue et efficace.

Je salue également l'engagement du Directeur Général de l'ASECNA, ici présent, du Président du Conseil d'Administration de l'ASECNA également présent, et du Représentant de l'ASECNA en Union des Comores, pour que l'agence de sécurité aérienne aux Comores accomplisse sa mission avec succès.

Je salue en particulier notre frère Mohamed Moussa, qui a déjà servi avec compétence et dévouement, l'ASECNA dans notre pays. Je ne doute pas, qu'il saura tout mettre en œuvre, comme il l'a promis, pour aider son deuxième pays, à relever les défis qu'impose notre ambition de faire des Comores un pays émergent à l'horizon 2030.

Mesdames et Messieurs,

Les Transports aériens et le Tourisme qui sont deux sous-secteurs interdépendants, constituent des axes majeurs du développement de notre pays, le tourisme étant conditionné par les possibilités de déplacement disponibles, en toute sécurité, principalement à travers les transports aériens.

Ainsi, si nous souhaitons que la pratique touristique prenne son essor dans notre pays et en faire un levier de croissance économique et de création d'emplois, nous devons faire des Comores, non seulement une plate-forme aérienne de référence mais également un pays stable, capable d'offrir des services médicaux, touristiques et d'éducation-formation attrayants pour les touristes et les passagers.

En outre le développement des Transports aériens va de paire avec celui de la météorologie, activité de soutien à l'aviation civile et qui sert de plus en plus aux secteurs de production économique tels que l'agriculture, l'élevage et la pêche.

Vous le voyez, Mesdames et Messieurs, Nous avons toutes les raisons, de veiller jalousement à la sécurité des liaisons aériennes dans notre pays car elles sont non seulement un grand facteur de l'essor du tourisme comorien sur l'ensemble de nos îles, un élément accélérateur du développement de notre pays, mais aussi un outil renforcement de la cohésion nationale.

En effet, des liaisons permanentes, sûres et accessibles à tous, permettent aux comoriens des quatre îles de se rencontrer plus et mieux se connaître. En favorisant les liens entre les personnes et les familles, les liaisons inter-îles renforcent l'unité territoriale et la cohésion nationale. Vous comprendrez alors également les raisons de mon grand attachement à leur développement.

Le transport dans notre pays est prometteur si nous ouvrons le ciel comorien, notamment les compagnies existant qui doivent participer à l'aventure régionale pour désenclaver le ciel de l'Océan Indien, mais aussi oser déployer leurs ailles hors de la région en visant des destinations comme l'Europe, le reste de l'Afrique et l'Asie.

Mesdames et Messieurs

Le cap que j'ai fixé dès mon investiture à la magistrature Suprême de notre pays, de faire de ce pays, un pays émergent à l'horizon 2030, n'est pas un vain mot. J'ai pensé à nos enfants. J'ai pensé à ces milliers de jeunes qui veulent tous fuir leur pays, qui veulent se rendre en Occident et ce, quel que soit le péril.

Il nous faut bâtir pour eux, un pays où ils ont envie de vivre. Un pays où les générations présentes et futures peuvent vivre en toute quiétude et dans la dignité. Un pays où il fait bon vivre, un pays émergent.

Notre pays présente certes des insuffisances en matière d'infrastructure, mais avec les structures en place, appuyés par l'ASECNA, les défis peuvent être relevés.

De même, la croissance économique que nous visons, à travers le budget 2018, constitue un défi que nous sommes capables de relever.

Mais nous devons surtout nous serrer la ceinture car, certes il y a de l'argent dans ce pays mais il faut bien fermer les vannes, traquer l'argent qui n'entre pas dans les caisses de l'État.

Mais tout cela n'est réalisable que dans un climat de paix, de sécurité et de stabilité.

Les Assises Nationales en cours, voulus par la société civile, sont l'occasion non seulement de faire le bilan des 42 ans d'indépendance de notre pays et d'en tirer les leçons, mais aussi de rassembler les Comoriens, quelque soit leur conviction politique, autour de l'essentiel.

Les travaux en cours dans les différents ateliers, sur les thèmes retenus, auxquelles je participe avec assiduité depuis trois jours, restent ouverts à tous. J'appelle ceux qui hésitent encore ou ceux qui refusent d'y prendre part, à envoyer au moins leurs contributions par écrits. Je demande au CPAN d'accepter leur participation et leurs documents et de les prendre en compte.

Ce rassemblement aujourd'hui, autour de l'inauguration de ce bâtiment et de ce qu'il représente, tout comme les assises nationales avec ses différents ateliers éparpillés à travers et autour de Moroni, où des centaines de comoriennes et de comoriens, de l'intérieur du pays comme de l'extérieur, se penchent sur l'avenir de notre pays, constituent de belles images de la construction en cours, d'un meilleur avenir, de développement et d'émergence de nos iles, dans la paix, la sécurité et la stabilité.

Ces images de rassemblement qui nous indiquent ce qu'il y a à faire, ce que nous devons faire, montrent également que nous sommes capables de faire de belles choses pour notre pays.

Vive l'Union des Comores,

Vive la République

Vive la coopération avec l'ASECNA

Je vous remercie.