Union des Comores

Unité - Solidarité - Développement

Présidence de la République

Allocution de Son Excellence Monsieur AZALI Assoumani Président de l’Union des Comores, suite à la proclamation des résultats du Référendum du 30 juillet 2018

Publié le

image discorus

Comoriennes et Comoriens Mes chers compatriotes, Il ya quelques jours, le 30 juillet dernier, vous avez décidé de faire franchir à notre pays, un grand pas, un de plus, dans son évolution post-indépendance. En effet, à la suite des recommandations des Assises Nationale de février dernier, j’ai soumis à vos suffrages, une révision constitutionnelle par voie de référendum. Ainsi, après la proclamation des Résultats de ce scrutin référendaire, ce mardi 31 juillet par la Commission Electorale Nationale Indépendante, et dans l’attente de résultats définitifs par la Cour Suprême, il est de mon devoir de m’adresser à vous, mes chers compatriotes, d’abord pour rendre grâce à Allah Le Tout-Puissant, pour Sa Miséricorde et les bienfaits innombrables, qu’Il ne cesse de prodiguer à notre cher pays. Je loue Sa grandeur, pour avoir inspiré au peuple comorien cette dignité, ce patriotisme et cette détermination dont ils ont su faire preuve, à l’occasion du référendum du 30 juillet. Je voudrais ainsi vous féliciter, chers compatriotes et vous rendre hommage pour avoir fait de ce 30 juillet 2018, un jour d’expression populaire, de revivification de notre démocratie. Certes, certains de nos compatriotes ont voulu par contre, à travers ce référendum, déstabiliser notre pays et, délibérément, ternir son image. En effet, une partie des dirigeants de l’opposition, au lieu d’appeler à voter en faveur du Oui ou du non à la question posée lors de ce référendum ou, tout simplement, comme chacune et chacun en a le droit, à s’abstenir, ont fait le choix délibéré, de mener une campagne sans précédent de dénigrement systématique de notre pays, de son peuple et de ses institutions, par des appels publics à la violence. Leurs discours de haine et leurs appels à la violence ont été suivis des passages à l’acte, graves et inédits dans l’histoire politique de notre pays. Il y eut d’abord cette une attaque armée, menée à Anjouan contre le Vice-président Moustadroine, pour attenter à sa vie. Il y a eu ensuite l’acte innommable, terroriste, qui a non seulement saccagé trois bureaux de vote mais mis en danger, la vie d’un gendarme qui assurait la sécurité dans le quartier San-Fil de Moroni, avec une atteinte à son intégrité physique, l’ayant mis dans un état critique. Toutefois et là aussi, nous devons rendre grâce à Allah car aucune autre victime n’est à déplorer. Que se serait-il advenu si la victime ou ses collègues avaient fait usage de leurs armes ? Je tiens ainsi à rendre hommage à l’action de nos forces de l’ordre et au sang froid dont ses éléments ont su faire preuve, lors de ce carnage et tout au long de ce processus référendaire, pour juguler la violence et faire respecter l’ordre et la Loi. Je joins ma prière à la vôtre et à celle de sa famille pour un bon et prompt rétablissement du Sergent Ali Radjabou, sauvagement violenté par des assassins qui, j’en prends ici l’engagement seront recherchés, appréhendés, déferrés et poursuivis devant la Justice pour y subir le châtiment qu’ils méritent pour leur barbarie. Comoriennes et Comoriens Mes chers compatriotes, Vous avez su, à l’occasion de ce référendum, vous montrer, une fois encore, dignes de respect et d’estime tant au niveau national que sur l’échiquier régional ou la scène internationale. Vous avez démontré à la face du monde que vous êtes les seuls détenteurs de la souveraineté de l’Union des Comores. Grace à vous, nous avons pu, pour la première fois dans notre pays, organiser et tenir un scrutin sans devoir recourir à aucune aide, de quelques natures que ce soient. Grace à vous tous, le 30 juillet sera désormais, le jour où l’Union des Comores s’est dotée d’une constitution révisée, moderne, émanant de la volonté du peuple, tant dans sa conception, son élaboration que dans son adoption. Mes chers compatriotes, Vous venez de doter notre pays d’une nouvelle Constitution révisée, qui cadre bien avec nos aspirations et nos ambitions. En effet, vous avez décidé de la réduction de nos institutions et des dépenses de fonctionnement de l’Etat et des iles, en vue de faire des économies et de l’orthodoxie pour des investissements. Vous avez décidé : - du maintien et des nouvelles modalités de la présidence tournante et de l’autonomie des îles pour une meilleure décentralisation et une meilleure gestion de l’Etat, Vous avez décidé : - de l’uniformisation de la fonction publique, - de la présence de la diaspora dans la représentation nationale Ce sont là, entre autres, autant de nouveaux chantiers, pour soutenir le développement et l’émergence de notre pays. Alors, en ce qui me concerne, je reste redevable à la confiance dont vous m’avez témoigné, à travers ce référendum. Je me suis en effet investi dans ce processus référendaire et je vous ai appelé à voter en faveur du oui. Vous avez répondu à mon appel. Votre confiance me fait ainsi l’obligation de tout mettre en œuvre pour que cette constitution soit mise en application et pour qu’elle serve l’intérêt supérieur de la Nation comorienne. Votre confiance me fait aussi le devoir de rassembler à nouveau, non seulement tous ceux qui ont voté pour, mais également ceux qui ont voté contre, sans oublier les compatriotes qui ont choisi de marquer paisiblement leur désintérêt ou leur désapprobation par l’abstention. Ainsi, nul ne sera donc inquiété pour avoir voté pour ou contre ou pour son abstention. Nous avons toutes et tous, le devoir de considérer la présente constitution révisée, comme notre loi fondamentale sans aucune discrimination. Toutefois, et cela est une exigence morale, la loi sera appliquée dans toute sa rigueur, à toutes celles et tous ceux qui, à l’occasion de ce processus, ont enfreint le droit et la loi ou servi d’autres intérêts que ceux de la Nation comorienne. Mes chers compatriotes, Avant de terminer mon discours, je voudrais vous exprimer la gratitude, à vous tous, comorienne et Comoriens, pour la sagesse avec laquelle, vous avez appréhendée ce processus référendaire. J’adresse mes remerciements, tout particulièrement - à la Commission Electorale Nationale Indépendante pour avoir travaillé sans relâche, afin d’arriver à ces résultats, dignes de considération. - Au Ministère et aux services des Finances pour avoir permis à l’Etat d’organiser ces élections avec des moyens propres, à l’heure indiquée. - Aux hommes politiques et aux acteurs de la mouvance présidentielle pour leur engagement et leur disponibilité pendant la préparation de ce référendum et surtout en contribuant à la sensibilisation de la population. - Une mention spéciale à ceux qui nous ont été à l’origine de ce processus à savoir, la société civile, notamment le mouvement du 11 août patronné par un des plus grands commis de l’Etat, Monsieur Ali Bazi Selim. Que Dieu lui redonne sa santé. Je renouvèle mes remerciements à nos forces de défense et de sécurité pour avoir fait preuve de sans froid et maîtrise, aux journalistes et à toute personne qui a contribué de près ou de loin pour que ce référendum soit un succès. Comoriennes et Comoriens, Le processus Référendaire Constitutionnel touche à sa fin mais il reste encore du travail à faire. C’est pourquoi je vous appelle tous, mes chers compatriotes à vous joindre à nous pour préparer les étapes suivantes, notamment les prochaines élections présidentielles et des Gouverneurs. J’appelle l’ensemble des Comoriens, à l’intérieur du pays ou dans la diaspora, les leaders politiques, à venir poursuivre avec nous les actions engagées pour faire de l’Union des Comores, un pays émergent où règne la paix et la sécurité, un pays attractif ou il fait bon vivre. Je demande enfin aux Ambassadeurs et Chefs de Missions diplomatiques accrédités aux Comores de dire à leurs compatriotes que l’Union des Comores est, et continue à rester un pays paisible et hospitalier. Qu’ils leur assurent que les Comores restent les Iles de la Lune, l’Archipel des parfums et des plages au sable blanc, et dont le peuple est et reste un peuple paisible, accueillant et généreux. Qu’ils disent à ceux qui aiment ces iles que les manœuvres destinées à ternir l’image d’un pays en paix et en sécurité vont simplement échouer par notre vigilance et par la grâce d’Allah. Mes chers compatriotes, Avec l’adoption de cette révision constitutionnelle, vous venez de poser un Acte historique qui honore notre génération et de confirmer à la face du monde que le peuple comorien a décidé de prendre son destin en main afin de léguer à nos enfants et aux générations présentes et futures : - un pays dont ils seront fiers, où la démocratie se renforce et où les jeunes et les femmes ont toute leur place - un pays libéré de l’oppression, de la mendicité et de la misère, - un pays décidé à s’inscrire parmi les pays émergents à l’horizon 2030, - un pays digne et capable de construire des partenariats confiants et gagnant-gagnant avec les pays amis et les institutions internationales Un pays fier de faire entendre sa voix dans le Concert des Nations - Vive la Nouvelle Constitution de l’Union des Comores - Vive la République - Je vous remercie !