Union des Comores

Unité - Solidarité - Développement

Présidence de la République

Une délégation de l'ambassade américaine en Union des Comores reçue à Beit-Salam

Publié le

image article

Le Chargé d'affaires de l'Ambassade américaine en Union des Comores avec résidence à Madagascar, M. Stuart WILSON, a rencontré le Chef de l’État lors d'une visite de courtoisie à Beit-Salam, accompagné du Directeur du Bureau Afrique de l'Est du Département d’État Américain, M. Vincent SPERA, et du Conseiller Politique et Économique, Thimothy Cipullo.

Les représentants de la diplomatie américaine en Union des Comores et dans la région ont exprimé au chef de l’État toute leur satisfaction et leur volonté de renforcer des relations fortes et pérennes avec les Comores.

Les USA comme médiateurs sur la question de Mayotte ?

Pour construire des relations fortes à l'extérieur, les Comores doivent d'abord se renforcer à l'intérieur, notamment sur la question de Mayotte.

Le Président a donc exprimé toute sa volonté de trouver une solution pérenne pour les deux pays, la France et les Comores, et a demandé aux États-Unis de devenir médiateur dans la résolution de cette crise qui dure depuis 43 ans.

La sécurité, élément essentiel de coopération pour les deux nations

« Notre plus grand danger, c'est le terrorisme et l’extrémisme, et nos deux pays travaillent déjà beaucoup pour les combattre », a poursuivi le Président.

Pour M. Spera, le renforcement de la coopération en terme de sécurité est vivement souhaité par Washington ; « nous sommes sommes prêts à coopérer sur tous les sujets sensibles en termes de sécurité pour faire éradiquer le terrorisme » a répondu le diplomate américain.

Renforcer la coopération judiciaire et sécuritaire

Enfin, les diplomates américains ont exprimé leur disponibilité de coopération en termes de formation sur les outils sécuritaires et judiciaires.

En effet, Washington voit d'un très bon œil la volonté comorienne de faire toute la lumière sur l'usage des fonds issus de la citoyenneté économique et est prêt à fournir toute l'aide nécessaire aux Comores en ce sens.

Pour le Président, cette aide est bien évidemment la bienvenue d'autant que « ce n'est pas la citoyenneté économique en tant que telle qui est remise en cause par le rapport parlementaire, mais son usage abusif, notamment l'usage des revenus issus de ce programme » a précisé le Chef de l’État.