Union des Comores

Unité - Solidarité - Développement

Présidence de la République

Le vice-ministre des Affaires Islamique saoudien a été reçu à Beit Salam

Publié le

image article

Le Vice-ministre des Affaires Islamiques du Royaume d’Arabie Saoudite SEM Abdourahmane Al-Ghanam Al-Ghanam a été reçu par le Président de la République ce mercredi 21 février 2018, au Palais présidentiel de Beit Salam.

« Mr le Président, je suis très honoré d’être reçu à Beit Salam ce matin. Je voudrais tout d’abord vous remercier pour l’accueil extraordinaire qui m’a été réservé dans ce pays frère où je me suis senti vraiment en famille. Je veux aussi vous transmettre les salutations fraternelles de Mr le Ministre des Affaires Islamiques et de Sa Majesté le Roi Salmane » a dit le Vice-ministre saoudien. « Monsieur le Président, le Royaume d’Arabie Saoudite vous félicite pour la manière avec laquelle vous vous êtes engagés à changer ce pays et à le rendre prospère. Nous saluons également les décisions qui sont les vôtres, notamment pour le soutien à l’Arabie Saoudite et dans le Proche et Moyen Orient. Le monde musulman est frappé par une politique de « Fitna » depuis 1979 avec l’arrivée au pouvoir de l’Ayatollah en Iran, et  sa politique malsaine et destructrice. Et nous saluons encore une fois la position des Comores des 4 Imams des Rites Ahl Sunna Wal Jamaan, à savoir Imam Chafii, Abu Hanifa, Hambal, et Imam Malik.

Le Chef de l’Etat a souhaité d’abord dans son intervention, adresser ses chaleureuses salutations à son frère et ami Sa Majesté le Roi Salmane Ben Abdelaziz Al Saoud, au Gouvernement et au Peuple frère du Royaume d’Arabie Saoudite. « J’entretiens avec l’Arabie Saoudite des relations  personnelles particulières. Durant mon premier mandat, l’Arabie était le seul pays qui m’a soutenu financièrement et dans mon mandat actuel, tout le monde voit la détermination et l’engagement de l’Arabie Saoudite dans les projets de développement des Comores » a dit le Président de la République. « Et s’agissant de la lutte contre la propagation du chiisme, notre politique est sans équivoque. Il est vrai que mes prédécesseurs ont faire preuve de laxisme et de négligence sur ce point, mais cela fait parti du passé et nous seront intransigeants » a conclu le Président Azali Assoumani.