Union des Comores

Unité - Solidarité - Développement

Présidence de la République

Allocution du Chef de l’Etat, à l’occasion du 16ème colloque VIH 2017

Publié le

image article

Palais du Peuple, le 14 novembre 2017

 

C'est un grand moment pour l'Union des Comores, d'abriter encore aujourd'hui, après 2002 et 2007 le Colloque Régional VIH Océan Indien  2017 et  d'accueillir le parterre de scientifiques de haut niveau, présent à cette occasion

Ma présence à cette cérémonie d'ouverture pour lancer les travaux de ce 16ème colloque, est la marque de mon engagement personnel et celui de l'Etat comorien, dans la lutte contre le VIH-Sida.

Je voudrais alors avant tout souhaiter, au nom du peuple, et du Gouvernement comoriens et en mon nom personnel, une très chaleureuse bienvenue à ce Colloque, à toutes les délégations venues des différents pays membres de la Commission de l'Océan Indien, aux éminentes personnalités politiques,  aux autorités sanitaires, aux personnels de santé, aux acteurs de la société civile ainsi qu'aux personnes vivant avec malheureusement le VIH, présents parmi nous.

Je voudrais également remercier notamment les Agences du Système des Nations Unies, le Directeur pays de l'ONUSIDA et le Secrétaire Général de la COI qui, par leur présence rehaussent la dimension de cette manifestation et soulignent l'engagement des institutions qu'ils dirigent dans la coordination de la lutte contre le VIH-Sida, dans les pays de la région.

Je salue l'engagement et le dévouement du Dr Catherine Gaud, Présidente de Rive Océan Indien et coprésidente du colloque, dont l'implication personnel a contribué à la tenue de ce colloque.

Je félicite aussi Madame la Ministre de la santé, Dr Rachid Mohamed Mbaraka Fatma qui, pour son engagement personnel et le travail, qu'elle et ses équipes accomplissent au quotidien, au service de la santé et du bien-être de la population comorienne.

Je souhaite à la présidence comorienne de ce colloque, assurée par le Dr Sounhadj, mon Conseiller santé, soit couronné de succès.

Mesdames et Messieurs,

Depuis sa première édition en novembre 2002 à l'Ile de la Réunion, ce Colloque est l'occasion de rencontres, de partage, de formation, d'information, de réflexion, de plaidoyer et de propositions d'actions pour une réponse régionale renforcée au VIH/SIDA.

Le colloque de cette année ici en Union des Comores, a retenu comme thème «La Coopération Régionale : où en sommes-nous, où devrons nous aller dans la lutte contre le VIH-Sida ?»

Les participants auront donc l'occasion de se pencher sur la coopération régionale et de nous indiquer comment sensibiliser et mobiliser les décideurs ainsi que les différents acteurs sur la riposte mais aussi sur les voies et moyens adéquats pour réduire les écarts et tendre vers l'égalité de prise en charge dans nos pays respectifs.

Pour le cas de notre pays, l'Union des Comores, où le 1er cas a notifié en 1988, voici donc Vingt-huit ans, l'épidémiologique du VIH reste peu actif, avec une  prévalence estimée à moins de 1%.

Toutefois, les efforts ne doivent pas être relâchés car le risque d'augmentation subsiste dans notre pays et ce, en raison de plusieurs facteurs notamment, la pauvreté, la prévalence élevée des IST (infections sexuellement transmissibles), une faible perception du risque, la précocité sexuelle chez les jeunes, une forte discrimination à l'égard des personnes vivant avec le VIH.

C'est pourquoi, nous devons encourager le réflexe du dépistage car plus précoce sera la prise en charge et meilleures seront les chances d'une vie normale. Mourir du sida en 2017 aux Comores et dans l'Océan Indien, est inadmissible, alors que le dépistage est gratuit, les analyses de laboratoires gratuites, le traitement par les ARV gratuit et accessible à tous.

Nous devons également avoir en ligne de mire, les objectifs mondiaux d'éliminer le VIH/SIDA d'ici 2030, ce qui apportera en retour d'immenses bénéfices sur le plan sanitaire et bien sûr économique.

Honorable assistance,

Le défi pour les Comores est de maintenir la prévalence au niveau le plus faible possible. Nous avons investi depuis le début de la surveillance dans des actions de prévention. Des vastes campagnes d'information du public ont été menées pour combattre les attitudes de déni et contribuer à faire reculer l'infection du VIH.

Nous devons aujourd'hui mettre à profit le développement des connaissances sur le virus, mobiliser et sensibiliser la population autour sur le respect de la Loi protégeant les personnes vivant avec le VIH, pour faire des Comores un pays sans stigmatisation et sans discrimination vis-à-vis de nos concitoyens porteurs malheureusement de ce virus.

Personnellement, je considère que l'engagement des politiques au plus haut niveau, est plus que jamais d'actualité et doit continuer à se manifester à tous les niveaux de notre société pour mettre fin au décès évitable.

Depuis 28 ans, la lutte contre le VIH/sida est une priorité nationale et s'est inscrit dans tous les documents stratégiques du pays avec l'existence d'une ligne budgétaire spécifique  VIH/SIDA dans la loi de Finances depuis 2003.

Sur le plan institutionnel, nous avons mis en place dès l'année 1990, le Programme National de Lutte contre le SIDA chargé de la mise en œuvre de la Politique Nationale de Lutte contre cette maladie. Nous avons décidé d'amener la coordination et l'orientation de la lutte à un niveau plus élevé.

C'est pour cela que j'ai décidé, à l'instar de mes prédécesseurs, de présider moi-même la haute institution nationale de coordination de la lutte contre le VIH.

Mesdames et Messieurs,

Honorable assistance

Permettez-moi de saisir cette opportunité pour saluer l'immense travail que déploie l'équipe du Ministère de  la Santé et particulièrement l'équipe de la Direction de Lutte contre le Sida pour leur dynamisme et la confiance qu'elle inspire. Ils méritent tout notre soutien et nos encouragements.

A toutes les délégations  ici présentes, je renouvèle toute notre reconnaissance.

Enfin, je félicite le comité d'organisation, pour la parfaite tenue de cette cérémonie et l'accueil chaleureux qui nous a été réservé ainsi qu'à toutes les délégations.

Pour terminer je réitère mes remerciements aux éminents professeurs ci-présents qui vont animer les différents ateliers au cours de ces 3 prochains jours

Je souhaite plein succès à vos travaux, et je déclare ouvert le 16ème colloque VIH de l'Océan Indien 2017.

Vive la coopération Régionale.

Je vous remercie